Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-aude.over-blog.com

En memòria de Joan Jaurés

30 Juillet 2014 , Rédigé par Mirelha

PEL NÒSTRE JOANON

Aqueste dijòus 31 de julh, se remembrarà la memòria de Joan Jaurés, assassinat vaquí 100 ans. Lo darrièr espèr de patz s'envolava.

Dins son accion per la patz, dins son engatjament politic e social, Joan Jaurés doblidèt pas jamai la lenga d'Òc qu'emplegava dins sos mitings, dins sos rescontres amb los obrièrs e païsans que l'apelavan « lo nòstre Joanon ».

Dins unes articles, afirmèt la necessitat de presa en compte de las lengas de França dins l'ensenhament e sotalinhèt lor apòrt per la cultura generala : paraulas e escrits totjorn d'actualitat.

Aquí unas bonas rasons per que totes los amics e las amigas de la lenga d'Òc prengan part a l'omenatge a Joan Jaurés que se tendrà aqueste dijòus 31 de julh, a 6 oras del vèspre a Carcassona (baloard Jean-Jaurès, al Ròc de las Lutas) o a totas las autras manifestacions e animacions previstas dins la contrada. »

• « Il serait facile aux éducateurs, aux maîtres de nos écoles, de montrer comment, au XIIe et XIIIe siècles, le dialecte du Midi était un noble langage de courtoisie, de poésie et d’art, et comment il a perdu le gouvernement des esprits par la primauté politique de la France du Nord. Mais que de merveilleuses ressources subsistent en lui ! Il est un des rameaux de cet arbre magnifique qui couvre de ses feuilles bruissantes l’Europe du soleil, l’Italie, l’Espagne, le Portugal. Quiconque connaîtrait bien notre languedocien et serait averti par quelques exemples des particularités phonétiques qui le distinguent de l’italien, de l’espagnol, du catalan, du portugais, serait en état d’apprendre très vite une de ces langues. Et même si on ne les apprend pas, en effet, c’est un agrandissement d’horizon, de sentir cette fraternité du langage avec les peuples latins. Elle est bien plus visible et sensible dans nos dialectes du Midi que dans la langue française, qui est une sœur aussi pour les autres langues latines, mais une sœur « qui a fait le voyage de Paris ». L’Italie, l’Espagne, le Portugal s’animent pour de plus hauts destins, pour de magnifiques conquêtes de civilisation et de liberté. Quelle joie et quelle force pour notre France du Midi, si par une connaissance plus rationnelle et plus réfléchie de sa propre langue et par quelques comparaisons très simples avec le français d’une part, avec l’italien, l’espagnol et le portugais d’autre part, elle sentait jusque dans son organisme la solidarité profonde de sa vie avec toute la civilisation latine. »

in Revue de l’Enseignement Primaire et Primaire Supérieur 22e année n° 3 du 15.X.1911.

Lo n° se pòt telecargar sul site de l'Institut Nacional de la Recèrca Pedagogica / Ce numéro est téléchargeable sur le site de l’Institut national de recherche pédagogique :

http://www.inrp.fr/numerisations/fascicule.php?periodique=2&date=19111015

• « Qual compren la nòstra grèva ?

Jaurés es al Panteon » (Joan Bodon, Los Carbonièrs de la Sala)

• Lo temps novèl (in Contes del Balssàs, de Jon Bodon)

« A vist lo lop, la lèbre / e lo rainal dançar. / Fasián lo torn de l'arbre / sens poder s'atrapar ».

E tot lo mond alara cantèt las vièlhas paraulas. Èra lo darrièr lop del país que se veniá de tuar. Dempuèi que lo velhavan los jovents ! E ara, segon l'usatge, lo trigossavan pels ostals : darrièira passejada dels lobatièrs...

Alara l'òme de Caramaus tustèt sus la barramenta : « Braves amics… »

Levèron lo cap lo mond. Sabián totes que Jaurés parlava la lenga nòstra quand veniá tocar la man pels camps o quand anava beure un còp a l'aubèrga. Mas jamai degun l'aviá pas ausit parlar aital dins una reünion electorala. El, pr'aquò, perseguiá : « Braves amics, que m'agrada d'èsser aquí uèi sus aquel balet. Lo darrièr lop es mòrt. Finida la barbaria. Ara comença lo temps novèl. (…) Ara, l'òme pana lo liuç del tròn, desrevelha lo solelh d'un còp èra que dins lo carbon se dormís. De qué serà deman ? La bastirem, la ciutat de l'òme. Comença lo temps novèl. Braves amics… »

E Jaurés parlèt atal tot un brieu. (…) Los lobatièrs pel colar retenián los cans. Mas alara Larmand lo garrèl arribèt. En trantolant montèt per l'escalièr, tustèt sus l'esquina del presicaire : « Patron ! Patron ! Vos retardèsses pas mai que vos esperan ja a Pampalona. Lor aviatz promés... ». Jaurés saludèt un darrièr còp. La cabreta joguèt l'Internacionala e puèi, tornar, la borrèia dels lobatièrs. »

• Un libre de legir : Jaurés e Occitània de Jòrdi Blanc
(Prèmi Pau Froment 1985 e Joan Bodon 1987)

« Lo nòstre Joanon » participèt a totas las luchas politicas e socialas d’abans Catòrze. Mas emplegava la lenga d’òc e foguèt en 1911 lo primièr òme politic d’importància a prene posicion per l’ensenhament de las lengas e culturas regionalas. Analisis e documents.

http://www.vent-terral.com/blog/collections/viure-al-pais/jaures-e-occitania/

Vent terral publica tanben los escrits filosofics de Jaurés : http://www.vent-terral.com/blog/category/selection/jean-jaures-selection/

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article